L’assouplissement des conditions bancaires

Janvier 2021

La crise sanitaire liée au coronavirus n’affecte pas que la santé. Elle laisse la zone euro dans un état de vulnérabilité alarmant. Pour limiter l’impact sur le marché de l’économie, de nouvelles politiques visant à assouplir les conditions bancaires de la zone euro ont été mises en place. Du Programme d'achat d'urgence pandémique aux mesures d'obtention de crédits immobiliers plus flexibles, tout est instauré dans l’unique but de maintenir un équilibre économique dans la zone euro.

Le Programme d’achat d’urgence pandémique de la BCE

Les conséquences de la pandémie sur l’économie de la zone euro ne sont pas négligeables. Pour prévenir de plus graves incidents sur les différents marchés économiques, la Banque Centrale Européenne (BCE) a mobilisé une somme colossale pour conduire son programme (PEPP).

Le PEPP est un programme de politique monétaire non-conventionnelle qui consiste en des rachats massifs d’obligations. Avec une marge de manœuvre de près de 750 milliards d’euros, cette politique vient à point dans un contexte où la stabilité économique est menacée.

Les avantages du PEPP sont :

La BCE pourra acheter des obligations de la Grèce.

Grâce au PEPP, la BCE pourra acheter les titres de dettes à court terme qui sont émis par les entreprises.

Pour prendre en compte un nombre plus important de crédits d’entreprise, la BCE procédera à un assouplissement des différentes règles relatives aux titres qu’elle accepte en garantie de ses opérations de prêts.

Des conditions d’octroi de crédits immobiliers plus flexibles

Les critères de sélection pour l’octroi d’un prêt immobilier en 2021 ont été revus à la baisse. Par le passé, les banques face à un crédit immobilier étaient très strictes et très exigeantes sur des critères tels que : le taux d’endettement ou la durée des crédits.

Désormais, le taux d’endettement maximal pour le compte de l’année 2021 sera de 35% au lieu de 33%. Il s’agit là d’un point positif qui va permettre à plusieurs emprunteurs de réaliser leurs rêves. En 2020, plusieurs dossiers de demande crédits ont été rejetés avec des taux d’endettement de 33,1%. Un problème qui ne se posera plus avec cette nouvelle mesure.

De plus, la durée maximale des crédits est désormais portée à 27 ans. En 2020, au-delà d’une durée maximale d’emprunt de 25 ans, les prêts n’étaient pas octroyés.

La dérogation à ces critères se fera sur 20 % des dossiers en 2021, au lieu des 15 % en 2020. Cela veut tout simplement dire que les banques ont une marge de flexibilité plus importante dans le financement des dossiers qui ne respectent pas toutes les conditions nécessaires. Le but est de favoriser les dossiers des personnes qui n’ont pas été propriétaires de leur résidence principale pendant les deux dernières années (primo-accédants).